Doit-on jeter, pour le bien de nos enfants, tous les écrans de la maison ?

Je ressens déjà des parents effrayés rien qu’à l’idée de se débarrasser des écrans ou de limiter strictement leur utilisation à la maison.

Je les comprends, c’est bien pratique pour nous parents quand nous rentrons à la maison et que nous voulons avoir un moment tranquille de mettre nos enfants devant les écrans de la maison.

C’est d’ailleurs pratique, quand on y réfléchit bien, à tous les moments de la journée. Le matin, après le petit déjeuner pour avoir le temps de se préparer tranquillement, après l’école pour avoir un moment de paix en attendant le repas et le week-end pour avoir un moment de détente après avoir joué avec eux toute la journée.

Les avantages ou les bénéfices secondaires sont si importants qu’il est assez difficile de changer notre comportement vis-à-vis de l’utilisation des écrans, d’autant plus que nos enfants les réclament et les adorent.

Je ressens une difficulté face à ce sujet lorsque je vois tous les messages contradictoires qui sont véhiculés sur les réseaux. En effet, vous trouverez également des messages qui vantent les qualités que produisent par exemple l’utilisation des jeux vidéo pour développer la plasticité cérébrale ou les réflexes de nos enfants. Ces messages proviennent même de chercheurs en neurosciences (https://www.youtube.com/watch?v=FktsFcooIG8).

Le parent nostalgique qui se souvient de tous ses bons moments passés devant sa console ou l’adulte qui joue lui-même aux jeux vidéo sera sûrement d’accord sur tous les aspects positifs des écrans.

Il est vrai qu’il n’y a pas d’études probantes en France sur le sujet car il est assez récent. On ne peut pas encore y trouver de quoi démontrer le danger absolu des écrans et l’on préfère alors évoquer un principe de précaution, comme pour les antennes de téléphonie mobile.

Vous constatez néanmoins que de plus en plus d’enfants très jeunes ont déjà une tablette ou un smartphone entre les mains.

Les écrans hypnotisent nos enfants

Sans vouloir dramatiser, il y a néanmoins certains éléments qui peuvent nous alerter. Quand notre enfant est devant son écran, et si on le regarde bien, on le voit comme hypnotisé. Un peut comme le fait KAA, le serpent hypnotiseur vis-à-vis de Mowgli dans le film « Le livre de la jungle » pour capter toute son attention et s’emparer de son esprit.

Notre enfant est si concentré qu’on se demande même s’il verrait qu’on a changé ses parents dans sa propre maison quand il est devant son écran (voir vidéo https://www.youtube.com/watch?v=ADpS6oK5zH4)

Qu’est-ce qu’on aimerait voir notre enfant aussi captivé par ses devoirs d’école !

Et ne commencez pas à croire que cette hypnose devant les jeux vidéo permet de mieux faire ses devoirs. Oui, je sais que vous êtes prêts à tout pour continuer à faire comme avant. 😉

Son état hypnotique peut s’expliquer au niveau des neurosciences car les écrans mettent son cerveau en ondes alpha, ces mêmes ondes que nous avons juste avant de nous endormir et c’est la raison pour laquelle il semble comme endormi. Des substances chimiques -les opioïdes- sont alors secrétées et font ressentir du plaisir dans le cerveau de l’enfant. C’est la raison pour laquelle quand on arrête les écrans nos enfants peuvent se mettre à rentrer en crise à cause de la baisse brutale d’opioïdes dans leur cerveau, un peu comme un drogué à qui on enlèverait sa dose.

Lorsque je vois mon enfant de cinq ans devant son écran, je perçois cette forme d’hypnose quand il reste trop longtemps devant les écrans. Je lui dis en plaisantant qu’il commence à avoir « les yeux carrés » et qu’il va falloir arrêter. Je l’aide alors à arrêter en lui proposant quelque chose d’autre de motivant comme par exemple jouer avec lui sachant que son cerveau voudra continuer à ressentir du plaisir.

Les règles à connaître pour mieux gérer les écrans

Je vous rappelle, à toutes fins utiles, la règle des 3-6-9-12 inventée par le psychiatre Serge Tisseron en 2008 qui énonce : « Pas d’écrans avant 3 ans, pas de jeux vidéo avant 6 ans, pas d’Internet non accompagné avant 9 ans et pas de réseaux sociaux avant 12 ans ».

J’ai lu sur mon écran de smartphone (bonjour pour l’exemple car notre enfant nous imite souvent 😉), que le nouveau carnet de santé intègre désormais des mises en garde sur l’utilisation des écrans pour les enfants.

J’ai toutefois l’impression que nous sommes en train de nous tirer une balle dans nos pieds de parents et qu’un jour peut-être nous risquons d’avoir un scandale comme pour l’amiante en reconnaissant ses dangers bien des années après.

Une chose est certaine, c’est que les forums de discussion et les médias parlent de plus en plus de ce phénomène addictif lié aux écrans.

Mais ce n’est pas parce que nous sommes informés des dangers sur les écrans que cela va nous faire changer nos comportements. Il y a toujours des fumeurs de joints et de cigarettes malgré les dangers connus et reconnus.

Travail avec le coach parental :

Le coach aide les parents qui ont du mal à stopper ou à limiter l’utilisation des écrans à la maison pour leurs enfants. Le coach les aide à prendre conscience de leur propre rapport aux écrans et de tous les bénéfices secondaires qu’ils ont à agir comme cela. Enfin le coach aide le parent à trouver des solutions acceptables pour lui et pour les besoins de son enfant afin de mieux gérer l’utilisation des écrans.

Thierry CHAUME
Coach professionnel Coach parental
www.leschiensnefontpasdeschats.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *