Comment nos enfants savent-ils que nous les aimons ?

Si vous deviez poser cette simple question à votre enfant : « Dis-moi mon chéri, Dis-moi ma chérie, comment sais-tu que maman ou papa t’aime ?

À votre avis que répondraient vos enfants ? Est-ce qu’ils sauraient vraiment répondre à cette question ? Comment nos enfants savent-ils que nous les aimons ?

Ils pourraient répondre par exemple « Bien sûr maman, je sais que tu m’aimes parce que…. »

« Parce que tu me fais des câlins ou parce que je peux discuter avec toi de mes problèmes ou parce que tu me files de l’argent de poche….. »

Nos enfants ont des langages d’amour qu’ils comprennent et ressentent et je vais vous les partager. Ces langages permettent réellement à notre enfant de savoir que nous les aimons et de gonfler leur réservoir émotionnel. Plus ce réservoir est rempli par nos soins plus l’enfant se sent aimé et plus il sera enclin à respecter nos consignes car il saura intérieurement que ce que nous lui demandons est pour son bien. Mais comme tout réservoir, celui-ci a tendance à se vider dans le temps et nous devons en tant que « fournisseur d’amour » le remplir régulièrement. De toute façon, notre enfant cherchera à le remplir même s’il lui faut pour cela adopter des comportements inappropriés.

Les cinq langages d’amours

Pour vous expliquer ces cinq langages d’amours, je m’appuierai sur le livre de Gary Chapman et Ross Campbell intitulé « Les langages d’amours des enfants ».

Le premier langage d’amour est le plus important et concerne les contacts physiques.

C’est le plus important car quand on est tout petit, il a été démontré que les bébés qui n’auraient pas été suffisamment touchés par des personnes bienveillantes développeraient des troubles psychologiques graves et même parfois, se laisseraient mourir. C’est ce qu’on appelle le syndrome de la pouponnière qu’on a pu découvrir dans les orphelinats roumains lors de la chute du dictateur Ceaucescu en 1989.

Heureusement, les parents connaissent bien ce langage et le pratiquent souvent avec leur bébé par leurs câlins, leurs bisous, leurs bercements. Ces contacts aident à créer l’attachement entre les parents et l’enfant ce qui est très important pour développer un sentiment de sécurité chez lui.

Ce langage des contacts physiques évolue avec le temps. Il débute par un toucher affectueux fait de caresses et de bisous et au fur à mesure que l’enfant grandit il peut se retrouver en faisant du sport avec ses camarades. Les amateurs de rugby doivent y être très sensibles 😉

Le deuxième langage d’amour est celui des paroles valorisantes.

Là encore, les parents pratiquent bien ce langage : « Je te trouve très belle dans cette robe ma chérie … ». On peut différencier malgré tout les paroles d’affection « Tu es un amour, je t’aime mon bébé », des paroles élogieuses « il est magnifique ton dessin » des paroles d’encouragement « Bravo, tu as réussi, tu peux être fier de toi ».

L’important est d’utiliser des tournures de phrases positives et les langages d’amour sont utilisés pour amener du positif dans les relations entre les parents et les enfants.

Le troisième langage est celui des moments de qualité.

Ce n’est pas le plus facile à pratiquer pour les parents car, autant on passe pas mal de temps avec lui quand il est bébé, autant en grandissant trouver un temps exclusif à lui accorder surtout si l’on a plusieurs enfants et une activité professionnelle intense, nous demande une bonne organisation et de l’énergie.
Ces moments sont des moments dédiés uniquement à notre enfant. Ils permettent d’échanger profondément sur ce qu’il ressent, ses préoccupations du moment, bref ils permettent de développer une relation de confiance et une bonne communication avec notre enfant. Ces moments peuvent aussi être des moments où l’on ne joue qu’avec lui, ou l’on ne fait du shopping qu’avec lui, etc…..

Il peut être utile de fixer un rendez-vous régulier avec chacun de ses enfants où ils sauront qu’on leur consacre ce temps d’écoute rien que pour eux.

Avec ces trois langages, on commence à pas mal remplir leur réservoir émotionnel d’amour, vous ne trouvez pas ? On va maintenant parler des deux derniers qui doivent à mon avis s’accompagner des trois autres pour être pleinement efficaces.

Le quatrième langage est celui des cadeaux.

Ah les fameux cadeaux ! Ceux qui font briller les yeux de nos enfants lors de leur anniversaire ou des fêtes de Noël. C’est un langage à manier avec précaution car il ne doit pas servir à combler nos absences ou réparer notre sentiment de culpabilité. C’est plutôt de l’ordre du don immérité, le cadeau qu’on donne en récompense de rien, en compensation de rien qui est souvent le plus apprécié.

C’est un langage qu’il vaut mieux utiliser en complément des autres surtout que l’enfant n’est pas dupe et se posera des questions à force de recevoir des cadeaux, et en plus, après, dites vous qu’il faudra trouver de la place pour les ranger.

Le cinquième et dernier langage d’amour est celui des services.

Comme pour le langage des cadeaux, c’est un langage qu’il vaut mieux utiliser en association avec les autres. Autant rendre des services à notre enfant est le lot commun à tous les parents (lui faire à manger, l’habiller, l’amener à l’école) autant lui rendre trop de services peut l’empêcher de grandir. De plus, à force de rendre trop de services, on risque de s’épuiser et de développer le sens du sacrifice au lieu de servir dans l’amour. Prendre soin de soi, c’est aussi rendre service à notre enfant, car il verra qu’il est important d’être bien soi-même pour ensuite pouvoir aider les autres.

Connaître les cinq langages est intéressant mais le plus important est d’utiliser le langage préféré de notre enfant.

Nous avons tendance, comme dans beaucoup de domaines, à faire avec notre enfant comme on a l’habitude de faire pour nous. Et dans les langages d’amours, nous avons tendance à lui donner le langage d’amour que l’on préfère pour nous-mêmes. Si l’on a l’habitude de rendre beaucoup de services aux autres, on aura tendance à rendre beaucoup de services à notre enfant. Si l’on adore se faire des beaux cadeaux, on en fera aussi à nos enfants. Tout cela part d’une bonne intention sauf que notre langage d’amour préféré d’adulte n’est peut être pas celui de notre enfant et nous risquons des incompréhensions en constatant que notre enfant n’apprécie pas nos efforts.

Il est naturellement plus facile d’utiliser son langage et il faut parfois sortir de sa zone de confort pour mettre en place le langage qui parle le mieux à notre enfant car c’est celui-là qui va lui permettre de se sentir réellement aimé. Si passer du temps en tête à tête avec notre enfant n’est pas quelque chose de naturel pour nous, et bien il va falloir s’y mettre surtout si les moments de qualité restent le langage préféré de notre enfant.

Ne mettons pas pourtant d’étiquette définitive sur notre enfant en disant : « ses langages sont les câlins et les cadeaux » parce qu’il est tout le temps  en train de venir dans nos bras et à réclamer que nous lui achetions des objets. Gardons en tête que les langages évoluent et changent  selon l’âge de notre enfant et les langages préférés d’hier ne sont peut être pas ceux de demain.

Pour trouver son langage d’amour préféré, observons notre enfant. Regardons ce qu’il nous demande le plus souvent ou ce dont il se plaint le plus souvent. Sachons regarder avec attention comment il exprime son amour avec nous et avec les autres.

L’amour est un merveilleux carburant pour notre enfant, un carburant pour remplir leur réservoir émotionnel bien entendu.

Travail avec le coach parental :

Apprendre à connaître et à pratiquer ces différents langages et surtout comprendre pourquoi cela nous est difficile de pratiquer certains langages avec notre enfant.

Thierry CHAUME

Coach professionnel

http://leschiensnefontpasdeschats.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *